Sexualité

24 septembre 2015 A 9:32


Types d

Types d'orientation sexuelle: comment ça se forme?

 

Traditionnellement, on traite le désir envers les personnes de l'autre sexe comme si c'était quelques chose qui va sans dire. Il était évident que c'est un type dominant d'attirance sexuelle. Cependant, il s'est averé que pas tous sont capables d'être attirés par le sexe opposé uniquement...
Selon la période historique, les cultures développaient la relation différente par rapport à ceux qui avaient l'orientation sexuelle non-traditionnelle: de stignatisation publique jusqu'à l'acceptation de tels contacts et leurs valorisations comme des pratiques rituelles, de phobies à l'égalité devant la loi.
D'une part, ces personnes constituent vraiment la minorité au cours de l'histoire. La plupart de la population de la Terre éprouve du désir par rapport au sexe opposé. D'autre part, cette minorité est assez stable. Selon des estimations différentes, elle constitue 3-7% des gens. 
Naturellement, il est difficile de trouver et d'estimer des données statistiques des autres époques, mais les chercheurs s'orientent vers l'hypothèse que le porcentage de gens d'orientation non-hétérosexuelle était relativement stable pendant toutes les époques.

Quelle que soit l'orientation sexuelle, il existe bien des moyens pour la santé sexuelle des hommes et des femmes, tels que le Cialis generique ou Apcalis (encore une forme générique du Cialis) pour homme ou Lovegra pour femme ou pour des actes sexuels entre les bisexuels et les homosexuels. 

Des différents types d'orientation sexuelle engendrent des certains problèmes sociaux et psychologiques. Premièrement, il est difficile parfois pour l'individu lui-même de comprendre et d'accepter son orientation sexulle. Deuxièmement, certains types d'orientation sexuelle peuvent être désapprouvés par la société. 
Donc, qu'est-ce que c'est que l'orientation sexuelle? Et l'orientation sexuelle, d'où vient-elle? Quels types d'orientation sexuelle existent-ils?

 

Orientation sexuelle: les hypothèses sur ses origines



La communauté scientifiqué pour le moment n'a pas développé d'hypothèse commune sur les origines d'orientation sexuelle. Mais il y a un fait n'est pas à contester: orientation sexuelle et la sexualité en général – c'est ce qui se forme dès l'enfance, et les fonds de la sexualité sont enracinés in utero.
Si nous analysons le développement du fétus, il s'avère que tout individu passe le stade d'hermophroditisme: le fétus pendant une certaine période possède des germes des organes génitaux masculins aussi comme féminins. 

Sous l'effet des facteurs biochimiques différents (y compris les hormones), le fétus finalement obtient les traits d'un tel ou tel sexe. Cependant, cela ne se produits pas sur sous les individus. Il existe des gens qui même pour le moment de naissance n'ont pas de sexe anatomique defini. L'existence des hermaphrodites était connue dans toutes les époques – il suffit de regarder des statues des grecs anciens.

Ce phénomène du développement fœtal a permis à certains chercheurs (Freud, Kinsey, Otto Weininger) d'en tirer la conclusion que les gens sont bisexuels par la nature même si leur sexe biologique est formé sans déviations pour le moment de la naissance – il s'agit de l'orientation bisexuelle psychologique.
Cependant, plus tard, avec le développement de la conscience sexuelle, un des vecteurs (attirance qui porte sur son propre sexe ou le sexe opposé) commence à dominer, et bisexualité devient latente, s'est-à-dire, cachée et potentielle.
Trop de facteurs agissent sur la formation du fétus et la liste de ses aptitudes parfois non-conscientes: biochimie de l'organisme maternel, facteurs héréditaires, etc. Pour le moment, on n'est pas capable de dépister toute la série des facteur qui font un complexe tellement polyvalent que l'orientation sexuelle. Le bébé ne peut pas expliquer comment il se comprend, son sexe et sa vision de la physiologie. D'ailleurs, on garde d'habitude très peu de mémoirs de ce stade de no tre vie.
La situation se complique par les facteurs sociaux: bien avant que l'enfant ne développe la vision de son sexe et orientation sexuelle, l'enfant devint sujet des facteurs sociaux: attentes de parents, normes de la conduite acceptées par cette culture, opinions sur l'acceptabilité d'une telle ou telle orientation sexuelle dans la famille concrète.
Quand on arrive à la période de puberté, son orientation sexuelle est déjà formée par la société.

Cependant, les choses ne sont pas si simples. Quand l'orientation homosexuelle a les chances de se manifester ou quand l'adolescent ne peut pas définir sur qui l'attirance le porte – le développement se produit avec beaucoup de questions envers soi, des peurs, des facteurs neurotiques et de l'angoisse. Parfois on ne peut pas s'accepter, et parfois, au contraire, on se lance dans la révolte ouverte.

C'est parce que dans des certaines sociétés l'orientation homosexuelle est stéréotypée comme négative, inacceptable, pathologique. Et d'habitude l'enfant l'apprend assez tôt.
Malgré le grand registre des chercheurs de prouver que l'orientation homosexuelle est une des variantes de la norme, la conscience de masse l'associe avec des déviations.  
Dans notre société beaucoup de parents espèrent que si l'enfant vivra sa vie selon les règles compréhensibles pour les parents, il sera en sécurité.
Ainsi, devenant plus ou moins mature, un tel adolescent ne peut plus définir se qui dans sa sexualité réveillante est vrai, ce qui est sa volonté d'être “bon” formée sous des influences sociaux, et ce qui vient de la protestation ou de la protection.
Quand on devient plus conscient et commence à analyser ce sujet dans le cadre de sa propre vie, on est déjà formé. Le noyau authentique est déjà vivant, mais beaucoup de ses composants sont poussés dans l'inconscient. C'est pourquoi même dans l'âge assez mur on peut ne pas connaître vraiment quelle est notre vraie orientation sexuelle.

 

Types d'orientation sexuelle



Des types principaux d'orientation sexuelle:
- attirance envers le sexe opposé soit orientation hétérosexuelle;
- attirance envers le même sexe (orientation homosexuelle);
- attirance envers les deux sexes (mais pas toujours également dans un moment pris, et pas toujours également dans une telle ou telle période de la vie) soit orientation bisexuelle.
Autrement dit, le bisexuel peut dans une période de sa vie éprouver de attirance qui le porte sur la femme, et dans l'autre moment il peut être attiré par les hommes. Ainsi, le choix d'objet sexuel dépend pas seulement de son sexe, mais aussi de ses traits de caractère. 
Cependant, les types d'orientation sexuelle ne se limitent pas par ces trois. Asexualité est considérée aussi comme un des types d'orientation sexuelle, mais pas reconnue par tous les spécialistes. Comme on a expliqué dans un de nos articles, on peut parler d'asexualité quand on n'éprouve pas du tout du désir sexuel envers quiconque.

Orientation “traditionnelle” et non-traditionnelle: les aspects de développement et l'échelle de Kinsey


Il serait trop facile si le monde ne se constituait que de deux pôles. Des “pures” hétérosexuels et des “pures” homosexuels. En réalité, il s'avère impossible de partager le monde entre ces deux catégories tellement simples et compréhensibles. 
Zoologue et sexologue Alfred Kinsey en faisant de recherches sur la conduite sexuelle des humains et des animaux a fait la conclusion que l'orientation sexuelle “pure” est très rare – c'est un principe illustré par l'échelle de Kinsey
Il a prouvé son hypothèse par des données statistiques volumineuses. Et ici il a découvert encore un fait intéressant. On connaît déjà qu'il est impossible de définir l'homo ou l'hétéro comme “pur”, Et bien, en outre, selon l'échelle de Kinsey, on ne peut pas définir la personne comme “homo” ou “hétéro” une fois pour toutes parce que pous les âges différents, on connaît des manifestations différentes de la sexualité. C'est la fluidité sexuelle.

Par exemple, lors de l'adolescence, quand la sexualité est en train de se réveiller, il est assez facile de prendre les manifestations occasionnelles d'orientation homosexuelle avec de l'homosexualité réelle. On connaît des périodes quand les garçons et des filles communiquent dans des groupes unisexuels, et ainsi il est facile de prendre sa propre amitié pour l'homosexualité.  
L'amitié en adolescence importe beaucoup. Et paradoxalement, beaucoup de gens dans l'âge adulte comprennent qu'il étaient attirés par l'ami ou amie.
En général, cela mène parfois aux contacts sexuels occasionnels: on est curieux mais on a trop peur des partenaires de sexe opposé, et c'est ainsi qu'on essaie des contacts homosexuels.
Puis ces impulsions s'éteigent, et avec des années, avec plus d'accès au sexe opposé, plus d'expérience en communication, ces “aventures” d'autrefois peuvent même s'oublier complètement.
La situation inverse est aussi possible, quand on prend l'admiration (par exemple, envers l'instituteur ou l'ami) pour l'amour et l'adolescent comment à se poser la question: est-ce que je suis homo?
Mais, d'habitude, pour la plupart des adolescents, ces admirations ne portent pas d'information permettant de prédire quelle sera leur orientation sexuelle réelle dans l'avenir.
Ces amours sert le but tout à fait différent: ouvrir à l'adolescent la gamme de ses émotions. Ils permettent de montrer la curiosité sexuelle, étudier sa personnalité et ses réactions. Des sentiments mûres et des amours réels arrivent normalement plus tard. 
La variante inserse de la fluidité sexulle est également possible: quand en adolescence on ne s'intéressait guère aux personnes de même sexe. Puis cet individu devient adulte, mène la vie hétérosexuelle réglée, et d'un coup en âge mûr il éprouve du désir par rapport à la personne de même sexe.
Selon les messages nombreux sur les forum, selon l'expérience des psychologues, le scénario de ce type est assez fréquent. C'est ce qui on peut décrire comme la fluidité sexuelle.
Mais comment cela se produit? D'habitude, ce sont des conséquences de l'éducation trop stricte. Si on impose à l'enfant que l'homosexualité est affreuse et dégoûtante, l'enfant essayerait de supprimer même les indices latents de sa bisexualité (et on se rappelle que la biséxualité est naturelle pour tout individu).
Comme résultat, il met ses désirs en conformité avec ce que la société lui impose. Et chez les garçons et les filles cela se produit d'une manière différente. Les garçons à l'orientation homosexuelle peuvent – sous l'effet fort des hormones – avoir l'impression que les filles puissent pleinement satisfaire leurs désirs.
Mais en fait, c'est rien d'autre que la “pantophagie” générale des désirs sexuels chez les jeunes hommes, surtout ceux qui ont la constitution sexuelle forte. Au sommet de la sexualité, l'instinct est si fort qu'on est capable de se satisfaire par presque n'importe quel objet plus ou moins convenable.
Et comme tous autour approuvent la fille comme “le bon objet”, cela renforce son désir. De cette manière, le jeune homme renforce ses positions sociales. Et uniquement quand il se sent socialement bien placé, son orientation sexuelle réelle peut se manifester.
L'expérience des psychologues et psychothérapeutes prouve qu'il existe des hommes qui dans le contexte d'affirmation de soi peuvent se marier et même avoir des enfants.
Mais puis, quand pour le désir on a besoin d'autres facteurs, plus profonds, on n'a plus aucun désir par rapport à la femme, et l'orientation homosexuelle “soudain” se manifeste par l'amour subite mais irrésistible et passionnante.
Les femmes ont parfois un autre trajet en ce qui concerne la fluidité sexuelle. Beaucoup de femmes en général commence les relations avec des hommes sans avoir aucun désir séxuel. Pour beaucoup de femmes c'est l'intimité psychologique qui compte, la famille, le mariage et la possibilité de se réaliser comme mère.


Voici un des témoignages des lectrices de notre blog:
“Je pensais que la sexualité n'est pas le principal. On était très heureux avec mon mari. Certes, on faisait amour, mais cela n'était jamais le principal pour moi. On a l'enfant. Et c'est après l'accouchement que j'ai compris que je veux vraiement du plaisir, mais pas avec mon mari, et pas du tout avec un homme quiconque...”
La situation est ausse possible quand on comprend son orientation sexuelle comme hétérosexualité, on développe les relations “ordinaires”, mais parfois éprouve le désir d'expérimenter avec le partenaire de même sexe.
Bref, les variations de la fluidité sexuelle au cours de la vie ne manquent pas. 

On donne ces exemples pour montrer que l'orientation sexuelle commence à se former assez tôt mais se manifeste par des voies différentes, pendant des différentes périodes de la vie, et avec l'intensité différente. Et – peut-être le principal c'est qu'elle peut être non-définie par le sujet lui-même, surtout si c'est l'orientation sexuelle homo.
Pas tous comprennent leur sexualité tout d'un coup et l'acceptent aussitôt. Et c'est normal.
On possède une certaine souplesse mentale qui permet la fluidité sexuelle. A quoi ça sert? Afin de pouvoir au moins pour un moment se satisfaire par des partenaire du même sexe en absence des personnes du sexe opposé.
La sexualité est la fonction nécessaire pas seulement pour la perpétuation mais aussi pour la communication, le plaisir et l'expérience.
Quelle que soit votre orientation sexuelle, vous pouvez la rendre la source de plaisir et pas la source de la culpabilité.

Dans notre pharmacie en ligne on tient à pouvoir répondre à toutes vos demandes pour la vie sexuelle active. Chez nous on peut effectuer un achat Viagra et d'autres médicaments pour la puissance.

Saviez-vous que...

Des certains scientifiques supposent que l'orientation homosexuelle pour les humains c'est le moyen d'ajuster le taux d'accroissement de la population.

Vous aimez? Dire à ce sujet!

Julien Dubois

Julien habite à Montpellier et écrit des articles pour Europe-pharm.com. Il est intéressant que Julien n'a pas d'enseignement médical mais il avait toujours envie d'écrire. Il s'occupe de sa santé de belle sorte, donc il veut communiquer son expérience à beaucoup de gens. Hormis le travail pour notre site il se passionne du sport surtout du football et du basket-ball, il mène son blog et écrit pour des journaux du sport. Comme Julien dit, il appartient aux gens qui ne peuvent pas se passer des aventures, c'est pourquoi il pratique des sports extrêmes comme le parachutisme et le bungy jumping. Mais il ne veut pas s'arrêter là, il aime à découvrir des nouveaux horizons de sa personnalité. Il consacre son temps libre à ses amis et à ses apparentés.

Suivez-nous